Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Une grande Fête Tamoul " Le Lourdes de L'Orient "

27 septembre 2003

Samedi 27 septembre 2003, la Communauté Franco-Tamoule de Plaisir s'était jointe à celle de Trappes pour célébrer la Fête de N.D. de la Santé de VELANKANI, en l'église Saint Georges de Trappes

Dans le jardin de l'église,

une foule colorée et nombreuse s'était rassemblée, en une lente procession, derrière la somptueuse statue de la Vierge, décorée et enluminée, portée par huit hommes.
Mgr. Laurence PIUS DORAIRAS, évêque auxiliaire du diocèse de MADRAS, venu spécialement en France pour les festivités en l'honneur de N.D. de VELAN KANI, entouré de prêtres tamouls, et M. le curé de St Georges précédaient le cortège qui chantait alternativement en tamoul et en français l' "Ave Maria ".

La procession était suivie, dans une église archicomble, d'une messe solennelle présidée par Monseigneur PIUS. 

Une chorale tamoule haute en couleurs …et en "octaves" l'animait en français et en tamoul.

A l'offertoire une procession de jeunes présentaient les nombreuses offrandes et,à la consécration, un groupe de jeunes filles, en costumes tamouls, entouraient l'autel en exécutant silencieusement une lente gestuelle rituelle.

 
 
 
 

 

Historique de Notre Dame de la Santé de Vélankani
Premier miracle

Un jeune berger avait pour mission, comme tous les jours, de livrer du lait à son maître dans une ville voisine. La chaleur aidant, fatigué, il s’est assoupi, à l’ombre d’un banian et tombe dans un profond sommeil.

Soudain, il est saisi par la lumineuse vision d’une belle dame, portant un enfant dans ses bras. La tête de la dame et de l’enfant sont entourées d’un halo lumineux. Le jeune berger, profondément ému de cette beauté du ciel, saisi d’une crainte révérencielle, joint les mains et incline la tête avec respect. La dame lui adresse un sourire maternel et lui demande: « Donne moi du lait pour mon enfant. » Stupéfait, le jeune berger s’interroge –"Comment la dame peut-elle savoir que je transporte du lait ? Que vais-je répondre à mon maître?. Mais il ne peut refuser à la demande de cette mère si gracieuse. Et le jeune berger lui offre du lait de bon cœur.

Arrivé chez son maître, le jeune garçon rapporte le récit qu’il a vécu et s’excuse pour le lait manquant. La dessus, ils ouvrent tous les deux le pot de lait et à leur grande stupéfaction, ils constatent que le pot de lait est rempli jusqu’au bord. Le garçon réitère avec véhémence son récit pour convaincre son maître. Ce dernier perplexe se laisse convaincre. Bien plus, le maître et le jeune berger se rendent sur les lieux à Vélankani et se prosternent sur le sol avec respect. Ce fut le premier pèlerinage à Vélankani. L’événement se répandit comme un feu de paille dans toute la région. C’est la Sainte Vierge avec l’Enfant Jésus, affirme-t-on très vite, avec joie et révérence.

Dès lors, cet endroit est devenu un lieu de pèlerinage. Des milliers de pèlerins le visitent avec foi et respect et leurs vœux y sont exaucés, beaucoup guérissent.

Deuxième miracle

Quelques années après, mais à la fin du XVl eme siècle, vivait, dans le même village de Vélankani, une pauvre veuve. Elle avait un fils boiteux. Pour agrémenter son maigre revenu, elle allait déposer son fils infirme, sur le bord de la route, près du fameux banian et elle le chargeait de vendre du lait caillé: yaourt battu.

Un jour, il est installé, comme d’habitude, en quête de clients. Il fait très chaud, mais il n’y a personne sur la route. Il s’en inquiète. Voici que se présente devant lui, une dame d’une beauté incomparable, portant un merveilleux enfant. Souriante, elle s’approche du jeune garçon et lui demande une tasse de lait caillé. Le jeune commerçant infirme est tout heureux de servir une si merveilleuse cliente et lui donne une grande tasse à boire. Et voici que la dame le regarde avec pitié, d’un regard maternel, elle le guérit, Il est tellement heureux de vivre ce moment merveilleux et d’admirer cette beauté resplendissante qu’il ne se rend même pas compte qu’il est guéri.

La Dame lui dit: « Vas donc à Nagapattinam, ville chef lieu de la région. Il y a là un catholique fortuné. Demandes lui de bâtir ici une chapelle à mon nom, à Vélankani.» Tout confus, le garçon réplique: « Mais aller à la ville, je suis infirme, c’est impossible si l’on ne m’aide pas à marcher ». La bonne Dame l’invite à se lever et c’est alors à sa grande stupéfaction qu’il constate sa guérison, Il se mit à courir à toutes jambes à la rencontre du bienfaiteur catholique et lui révèle le message de Notre Dame.

Ce dernier ne fait aucune difficulté pour le croire, car il eut de son côté une vision analogue de Notre Dame, la nuit précédente, durant son sommeil. Il avait déjà l’idée de bâtir une petite chapelle à Vélankani, en son honneur. Il accompagne le jeune garçon sur le lieu de l’apparition et avec une large coopération populaire, une petite chapelle est édifiée. On y apporte une belle statue de la Vierge à l’Enfant et on la place sur l’autel.

Très vite, chrétiens et non chrétiens y affluent. Ils se produisent d’autres guérisons, si bien qu’elle est invoquée jusqu’à ce jour sous le nom de Notre Dame de Bonne Santé.

Troisième miracle

Au XVIlème siècle, un navire marchand portugais navigant de Macao en Chine vers Colombo à Ceylan, est pris sous une forte tempête dans le golfe du Bengale. Les navigateurs désemparés implorent la Vierge Marie, mère des océans, de les sauver. Ils furent le vœux de construire une église dédiée à Marie, à l’endroit où ils accosteraient. La mer houleuse devint calme. Leur navire accosta sur les rives de Vélankani, le 8 septembre, jour de la fête de la nativité de Notre Dame.

Ils transformèrent la petite chapelle édifiée par le notable catholique de Nagapattinam en une belle église faite de brique dure. Lors de leur pèlerinage sur les lieux, la fois suivante, ils décorèrent le dessus de l’autel, avec des carrelages en porcelaine illustrant leur périple et leur sauvetage en mer par la Vierge de Vélankani.

Ces représentations encore visibles de nos jours, autour de la stèle de la statue miraculeuse de Notre Dame, attestent les marques de reconnaissances et de remerciements des marins portugais à Notre Dame de Vélankani.

L’évolution du sanctuaire

La première chapelle érigée, au XVl ème siècle, par le notable de Nagapattinam, a été remplacée par une église construite en brique par les marins portugais du XVll ème siècle.
En 1771, Vélankani qui était rattaché à la paroisse de Nagapattinam est devenu une paroisse autonome.
Le sanctuaire de Notre Dame, orienté vers l’est, a été rénové par deux fois en 1920 et 1933.
Le 3 novembre 1962, sa sainteté le pape Jean XXIII décerna au sanctuaire de Vélankani le statut de Basilique. Les premières apparitions de Notre Dame, la miraculeuse statue de la Vierge Marie, les innombrables miracles, la beauté et la magnifique architecture de ce sanctuaire, ont permis de classer ce sanctuaire en Basilique.
En 1975, la basilique a été agrandie,: et dotée d'une façade réplique de la basilique de Lourdes.
En 1985, une nouvelle chapelle a été construite et bénie à l’endroit des deux premières apparitions, près du petit étang, au pied du fameux banian. Ce lieu béni par les pas de la Vierge Marie, a pris le nom de petit Vélankani.
En 2002, l’église Universelle Catholique a choisi Vélankani pour conduire les Journées Mondiales des Malades et, depuis, Vélankani a pris l’appellation de “Lourdes de l’Orient”.

La fréquentation du sanctuaire

Depuis le premier pèlerinage effectué par le riche notable de Nagapattinam qui a construit la première chapelle, en passant par les navigateurs portugais, des milliers de pèlerins y accourent chaque jour de tous les coins de l’inde. Ce sanctuaire est devenu un berceau de l’inter religieux où côtoient catholiques, hindous et musulmans sans distinction de religion pour prier et vénérer une seule mère, la Vierge Marie, Notre Dame de la santé, Notre Dame de Vélankani.
La fête de Notre Dame de la Santé débute par une montée de la bannière sur un mât, le 29 août de l’année. Actuellement durant les onze jours de fête qui se terminent par la célébration de la nativité de Notre Mère divine, entre 1,5 à 2 millions de pèlerins se rassemblent dans ce sanctuaire.


Documentation due à l'obligeance du Père Michael John Antony SAMY, Aumônier Tamoul Indien,
10 Av. de la Porte de Vincennes – 75012 PARIS Tél: 01 43 07 39 70

<< Go back to list